Tepsis

« L’effondrement des sociétés »

du 16.12.2015 au 17.12.2015 Richard Rechtman Colloque Grand amphithéâtre de la Bibliothèque nationale de France programme au format .pdf imprimer l'article

organisateur(s): Richard Rechtman et les membres du LabEx Tepsis

Certaines communications recoupent les préoccupations du CIREMM :

« Depuis plusieurs années, les réfugiés affluent en Europe, fuyant les conflits moyen-orientaux, la pauvreté, la faim et les conséquences du réchauffement climatique. Sidérés par les photos de barques pleines ou de victimes noyées qui n’émeuvent qu’un temps, le plus souvent ignorants des nécessités qui poussent ces migrants à fuir leur pays, les citoyens européens restent, le plus généralement, indifférents à leur sort. Affrontés à la détresse des déplacés, ou l’instrumentalisant dans le cadre des luttes politiques, les dirigeants des États d’Europe occidentale, rétablissent leurs frontières, mettent en place des politiques de quotas, ou pire, construisent quelques nouveaux murs.

Un constat s’impose : nous ne savons plus penser la guerre. La violence à laquelle les populations du Moyen-Orient sont confrontées, et celle, comme en miroir, qu’elle suscite dans les états pacifiés qui pourraient les accueillir, confronte les chercheurs à un véritable défi : envisager la violence dans ses implications concrètes et ontologiques, en ressaisissant les acteurs qui en usent dans l’histoire, dans leur histoire.

C’est pour relever ce défi que les membres du LabEx Tepsis, réunis autour d’Hamit Bozarslan, proposent d’ouvrir la réflexion sur l’effondrement des sociétés, sous le patronage intellectuel d’Ibn Khaldûn. Sa pensée guidera nos réflexions, et nous permettra de faire dialoguer de nombreux chercheurs, différents terrains, périodes et disciplines. Nous tenterons ainsi d’éclairer non seulement les événements actuels qui signalent l’effondrement de la Syrie, de l’Irak, de la Libye, ou du Yémen, mais plus largement, d’envisager ceux qui pourraient, un jour peut-être moins probable, conduire à l’effondrement de nos sociétés occidentales. »

Source